Tel un calligraphe, son pinceau, extension de sa main, devient le souffle de la vie, du temps qui passe et qui déjà n’est plus  . . .